Júlia est architecte urbaniste. Elle construit un projet de thèse portant sur les phénomènes d’appartenance et d’identité dans la ville. Son analyse place nos comportements alimentaires comme démonstrateurs des mutations sociales et élément fédérateur dans la réinterprétation - nécessaire - de notre environnement bâti. Elle aime les grandes tablées et son amour de la cuisine s’est progressivement enrichi d’une démarche artistique.

Gaëlle est architecte urbaniste. Au cours d’un parcours universitaire l’amenant à vivre dans des environnements variés, elle développe un intérêt grandissant pour l’étude de la ville et des métabolismes qui la façonne. Considérant les dynamiques alimentaires comme lieu de lecture privilégié des mutations sociales et spatiales, elle oriente sa thèse vers l’étude de la La logistique alimentaire en centres urbains denses dans la planification de métabolismes alimentaires territoriaux durables. ​Pour elle, la cuisine n’a pas de fonction plus essentielle que de rassembler les gens, si bien que manger seule lui est presque impossible.

Julia et Gaëlle dessinent une approche appliquée à l’échelle de la ville, lieu de rencontre des phénomènes de la sphère privée et de la planification territoriale.